Carte


SCROLL DOWN

Carte


 
 

Parce que les frontières sont une des créations les plus artificielles et redoutables jamais imaginées par l'homme, nous prenons le parti d'abolir celles-ci en publiant des titres du monde entier, où les barrières géographiques, culturelles, politiques et sociales s'effacent pour laisser place à l'échange, l'altérité et le dépassement de soi.

Auteurs


Auteurs


Nos auteurs

S. G. Browne


S. G. Browne


S. G. Browne

S. G. Browne vit à San Francisco. Avant de se consacrer à l'écriture, il a travaillé durant quelques années à Hollywood. Aujourd'hui, il a déjà fait paraître plusieurs romans noirs humoristiques, dont Heureux veinard à la Série Noire en 2012 et le diptyque Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour et Le jour où les zombies ont dévoré le Père Noël aux éditions Mirobole. La Destinée, la Mort et moi, comment j'ai conjuré le sort a été publié en Grande-Bretagne, Brésil, Allemagne, Italie et Turquie.


#ladestinéelamortetmoicommentjaiconjurélesort #herossecondaires

Wojciech Chmielarz


Wojciech Chmielarz


Wojciech Chmielarz copie.png

Wojciech
Chmielarz

Wojciech Chmielarz, né en 1984, est journaliste et rédacteur en chef de niwserwis.pl, un site internet dédié à l’étude du crime organisé, du terrorisme et de la sécurité internationale. Il est l’auteur de quatre romans mettant en scène l’inspecteur Mortka, pour lesquels il a été nominé trois fois au prestigieux prix du Gros Calibre, récompensant les meilleurs polars polonais.

#pyromane #lafermeauxpoupées #lacolombienne

Maria Galina


Maria Galina


Maria
Galina

Maria Galina est née en 1958 à Kalinine, Russie. Diplômée de la faculté de Biologie de l’Université d’Odessa, elle vit à Moscou depuis 1987 et est l’autrice d’une dizaine de romans. Elle officie également en tant que traducteur littéraire et a notamment traduit en russe Stephen King, Jack Vance ou Clive Barker. L’Organisation a été lauréat des prix Marble Faun, Portal et Silver Caduceus. Son œuvre est traduite en anglais, italien et polonais.

#l'organisation

Saad Z. Hossain


Saad Z. Hossain


saadzhossain copie.png

Saad Z.
Hossain

Saad Z. Hossain est chroniqueur littéraire au Daily Star et vit à Dhaka, la capitale du Bangladesh. Il écrit des œuvres à la croisée de la science-fiction, de la comédie noire et du roman d’aventure. Il a écrit de nombreux articles et des nouvelles pour le Daily Star, le New Age et le Dhaka Tribune, les plus grands quotidiens anglais du Bangladesh. Bagdad, la grande évasion ! est son premier roman.

#bagdadlagrandeévasion

Dmitri Lipskerov


Dmitri Lipskerov


20180201_MedaillonLipskerov.png

Dmitri Lipskerov

Dmitri Lipskerov, né en 1964, est l'auteur de pièces de théâtre, de nouvelles et de plusieurs romans qui lui ont acquis une popularité exceptionnelle et le statut d'un des écrivains les plus marquants de la Russie actuelle. Souvent comparé à Gabriel García Márquez et à Viktor Pélévine, Lipskerov est un représentant remarquable du réalisme magique, offrant une lecture de l'état des choses dans le pays à travers des images saisissantes où le surnaturel se mêle au poétique, au grotesque et au baroque.

#ledernierrêvedelaraison #l’outiletlespapillons

Vladimir Lortchenkov


Vladimir Lortchenkov


Vladimir
Lortchenkov

Vladimir Lortchenkov est né en 1979 à Chisinau. Fils d’un officier de l’armée soviétique, il a sillonné durant son enfance l’URSS et ses pays satellites. Ecrivain et journaliste, il a été sélectionné en 2014 pour le Prix Médicis Étranger pour Des mille et une façons de quitter la Moldavie. Il vit avec sa femme et leurs deux enfants à Montréal.

#ledernieramourdulieutenantpetrescu

Jaroslav Melnik


Jaroslav Melnik


jaroslavas-melnikas-543fd5679bf49.png

Jaroslav
Melnik

Enfant du Goulag, Jaroslav Melnik est né en 1959 en Ukraine. Il vit à Vilnius depuis une trentaine d’années et il est membre de l’Union des écrivains lituaniens et de celle des écrivains ukrainiens. Il écrit d’ailleurs dans ces deux langues. Il est l’auteur de nombreux romans et nouvelles mêlant science-fiction et conte philosophique dont Espace lointain, qui a reçu le prix BBC du livre de l’année en 2013. Ses livres sont traduits en anglais, allemand, russe, italien, croate et esperanto.

#espacelointain

Joe Meno


Joe Meno


1200Meno-nb.png

Joe
Meno

Joe Meno est né en 1974, et a publié son premier roman à l’âge de 24 ans. Il est l’auteur de sept romans et plusieurs recueils de nouvelles, et a reçu notamment le prestigieux prix Nelson Algren. Il écrit régulièrement pour le magazine underground Punk Planet, ainsi que pour le New York Times et Chicago Magazine. Il vit aujourd’hui à Chicago.

#lebluesdelaharpie #prodigesetmiracles

Magdalena Parys


Magdalena Parys


Magdalena-Parys-ConvertImage copie.png

Magdalena
Parys

Magdalena Parys est née en 1971 à Gdansk. À l’age de 12 ans, elle émigre avec sa famille en Allemagne. Diplômée de l’université Humboldt, elle vit à Berlin, où elle a fondé la revue littéraire polonaise-allemande Squaws. Autrice de poèmes et de nouvelles, 188 mètres sous Berlin est son premier roman. Il a reçu le prix Hibou d’Or en Autriche. En 2019 elle a publié Le Magicien, qui a reçu le Prix de Littérature de l’Union Européenne.

#188mètressousberlin #lemagicien

Frédéric Paulin


Frédéric Paulin


Image2.png

Frédéric
Paulin

Frédéric Paulin écrit des romans noirs depuis presque dix ans. Il utilise la récente Histoire comme une matière première dont le travail peut faire surgir des vérités parfois cachées ou falsifiées par le discours officiel. Ses héros sont bien souvent plus corrompus ou faillibles que les mauvais garçons qu’ils sont censés neutraliser, mais ils ne sont que les témoins d’un monde où les frontières ne seront jamais plus parfaitement lisibles.
Il a notamment écrit Le monde est notre patrie (Goater, 2016), La peste soit des mangeurs de viande (La Manufacture de livre, 2017) et Les Cancrelats à coups de machette (Goater, 2018).

#laguerreestuneruse #prémicesdelachute

Anna Starobinets


Anna Starobinets


Anna
Starobinets

Anna Starobinets, écrivaine phare de la jeune génération russe, vit à Moscou. Comparée à Gogol, Orwell ou Zamiatine, elle est notamment l’autrice du recueil de nouvelles Je suis la reine, finaliste du Grand Prix de l’Imaginaire 2014, et du roman Le Vivant, prix Portal 2012, paru en français en 2015 aux éditions Mirobole. Ses romans sont aujourd’hui traduits en huit langues, dont l’anglais, l’espagnol, l’italien et le français.

#refuge3/9

Bogdan Teodorescu


Bogdan Teodorescu


Bogdan
Teodorescu

Bogdan Teodorescu, né en 1963, fait des études d’ingénieur et passe un doctorat en communication, puis devient journaliste dès 1990, après la chute du régime communiste. Il est professeur de marketing politique et électoral à l’Ecole Nationale d’Études politiques (l’ENA roumaine) depuis 1997. Il est auteur d’une dizaine d’ouvrages (romans, essais, livres de voyages, poésie).

#spada #ledictateurquinevoulaitpasmourir

Valerio Varesi


Valerio Varesi


Valério
Varesi

Valerio Varesi est né à Turin le 8 août 1959 de parents parmesans. Diplômé en philosophie de l’Université de Bologne après une thèse sur Kierkegaard, il devient journaliste en 1985. Il est l’auteur de onze romans au héros récurrent, dont Le Fleuve des brumes nominé au prestigieux prix littéraire italien Strega ainsi qu'au Gold Dagger Award en Grande Bretagne. Les enquêtes du commissaire Soneri, amateur de bonne chère et de bons vins parmesans, sont traduites en huit langues.

#lefleuvedesbrumes #lapensiondelaviasaffi #lesombresdemontelupo #lesmainsvides

Rui Zink


Rui Zink


Rui
Zink

Né à Lisbonne en 1961, professeur de littérature et de théorie de l'édition à l'Universidade Nova de Lisbonne, Rui Barreira Zink est l'auteur de récits pour la jeunesse, de scénarios de bandes dessinées et de plusieurs romans dont Dádiva divina, prix du pen Club portugais 2005, et Le Destin du touriste, traduit en français aux éditions Métailié en 2011.

#linstallationdelapeur

Traducteurs


Traducteurs


Nos traducteurs

Sarah Amrani


Sarah Amrani


Sarah Amrani est enseignante chercheuse à l'Université de la Sorbonne. Elle est spécialisée en littérature, histoire et civilisation italienne. Elle a notamment traduit pour Agullo Éditions Le Fleuve des brumes et Les Ombres de Montelupo.
#lefleuvedesbrumes #lesombresdemontelupo


Quel a été votre premier contact avec la ou les langues que vous traduisez ?
L'italien est à l'origine ma LV3, langue choisie avec retard au lycée pour me permettre de passer – à l'époque, au début des années 90 – un bac A2 (langues et philosophie). Mais l'italien, avec lequel une sorte de coup de foudre s'est produit, est vite devenue ma seconde langue maternelle: langue apprise en un éclair, puis étudiée à l'université, langue que j'enseigne maintenant à l'université, langue de ma famille installée en Italie.

Retrouvez la suite de l'interview ici !

Sarah
Amrani

Margot Carlier


Margot Carlier


Margot
Carlier

Spécialiste de littérature polonaise, conseillère littéraire aux éditions Actes Sud, Margot Carlier est également traductrice, activité qui lui tient particulièrement à cœur. Elle a enseigné la langue et la civilisation polonaises à l’université Jules-Verne à Amiens. Diplômée de linguistique et de littérature comparée, elle a fait ses études à la Sorbonne et à l’université de Varsovie.

Bibliographie sélective

Comment êtes-vous venu à la traduction ?
Par hasard. Un jour, en lisant un livre polonais, je m’étais rendu compte que je faisais machinalement la traduction vers le français, ou plus exactement je le lisais « en français ». Je n’ai pas traduit le livre en question. Le chemin vers le métier de traducteur a été long… et épineux.

Retrouvez la suite de l'interview ici !

#188metressousberlin #lemagicien

Jean-Louis Courriol


Jean-Louis Courriol


Jean-Louis Courriol est professeur agrégé de l'Université en Lettres Classiques, professeur universitaire, docteur d'état de Langue et Littérature roumaines et traductologie à l' Université de Lyon et de Pitesti.
Président de l'Institut de recherches en Traduction Littéraire et Simultanée de l'Université de Pitesti. Il a notamment traduit Spada et Le dictateur qui ne voulait pas mourir pour Agullo Editions
#spada #ledictateurquinevoulaitpasmourir


Quel a été votre premier contact avec la ou les langues que vous traduisez ?
Mon premier contact s’est produit par la traduction même. C’est en traduisant la littérature roumaine, la grande littérature roumaine que j’ai pris conscience de sa valeur et qu’il m’est apparu qu’il était indispensable de la faire connaître au public francophone.

Retrouvez la suite de l'interview ici !

Jean-Louis
Couriol

Barbora Faure


Barbora Faure


Barbora Faure

Barbora Faure est née à Prague où elle a passé son enfance.
Arrivée en France au début des années 1960, elle apprend le français, étudie au lycée d’Antony en région parisienne, puis à l’ENITA de Dijon. Un diplôme d’ingénieur l’aide à enrichir ses connaissances en sciences de la nature. Perpétuant une tradition familiale, elle se lance dans la traduction dès 1968, d’abord d’ouvrages de vulgarisation naturaliste, puis de contes et d’encyclopédies, du tchèque vers le français pour les éditions Gründ, de l’anglais vers le français pour Time-Life. Le diplôme d’ingénieur est une impasse professionnelle. Tout en se passionnant pour la littérature de la dissidence tchèque et en élevant ses trois filles, Barbora Faure change de cap, passe le Capes, puis l’agrégation d’anglais, concrétisant ainsi son amour pour la littérature et la civilisation anglo-américaines. Elle poursuit son activité de traductrice littéraire et enseigne jusqu’en 2008 au lycée Dumont d’Urville de Toulon. En retraite depuis, elle se consacre à sa famille et à la traduction.

Bibliographie sélective

Quel a été votre premier contact avec la ou les langues que vous traduisez ?

Je suis née à Prague où j’ai vécu une partie de mon enfance, le tchèque est donc ma langue d’origine. Pour ce qui est du slovaque, il est très proche du tchèque ce qui me permet de le comprendre sans que j’aie eu de contact véritable avec cette langue. Enfin, j’ai appris l’anglais au lycée. Ma mère étant anglophone, j’ai pu bénéficier des avantages de sa bibliothèque bien fournie pour me perfectionner en anglais que j’ai ensuite enseigné et traduit.

Retrouvez la suite de l'interview ici !

#ilétaitunefoisdanslest

Margarita Leborgne


Margarita Leborgne


Margarita
Leborgne

Jean-François Le Ruyet


Jean-François Le Ruyet


Jean François
Le Ruyet

Comment êtes-vous venu à la traduction ?
Par accident : un éditeur à qui j'apportais des textes américains m'a proposé d'en traduire un. Le reste a suivi

Retrouvez la suite de l'interview ici !

#bagdadlagrandeevasion

Maïra Muchnik


Maïra Muchnik


Éditrice et traductrice, Maïra Muchnik est née en 1975 à Buenos Aires. Elle obtient une thèse en anthropologie (Le Tango des Orixás. Les religions afro-brésiliennes à Buenos Aires, L'Harmattan, 2006) et travaille dans l'édition en sciences humaines pour la revue Gradhiva au musée du quai Branly avant de se lancer dans la traduction. Diplômée de l’École de Traduction Littéraire en 2018, elle traduit de l’espagnol et du portugais.

Bibliographie sélective


Quel a été votre premier contact avec la ou les langues que vous traduisez ?
Pour l’une, l’espagnol, je suis née avec…à Buenos Aires.
L’italien, par amour.
Quant au portugais, il me vient tout droit du Brésil. Mon avion s’est posé à Petrolina, une ville moyenne du Nordeste brésilien. Petrolina et Juazeiro, séparées par le fleuve Sao Francisco. C’est ma vocation d’ethnologue en herbe qui m’amena jusque-là (il y a déjà presque 20 ans…aïe…). Quatre mois chez les paysans du désertique Sertão où je travaillais au sein d’une ONG.

Retrouvez la suite de l'interview ici !

#linstallationdelapeur #leterroristejoyeux #levirusdelecriture

Maïra
Muchnik

Raphaëlle Pache


Raphaëlle Pache


Raphaëlle Pache est traductrice du russe vers le français et agrégée de lettres modernes. Elle a soutenu une thèse de littérature comparée titrée " Le Grotesque : la beauté du réel, œuvres narratives de Victor Hugo et Nicolas Gogol". Sa traduction de Vongozero, de Yana Vagner,  a obtenu en 2015 une mention spéciale pour le prix Russophonie. On peut retrouver son travail chez Agullo Éditions où elle a traduit Refuge 3/9 de Anna Starobinets, Le Dernier amour du lieutenant Petrescu de Vladimir Lortchenkov, et Le Dernier Rêve de la raison de Dmitri Lipskerov.

#refuge3/9 #ledernieramourdulieutenantpetrescu #ledernierrêvedelaraison #lorganisation #loutiletlespapillons


Quel a été votre premier contact avec la ou les langues que vous traduisez ?
Un choix au collège (la fameuse « carte scolaire »…) et très vite, l’amour de la langue russe, ainsi que l’envie de mettre des images concrètes sur celles qui étaient nées de mes lectures.

Comment êtes-vous venu à la traduction ?
Par une série de heureux hasards et de coïncidences plus heureuses encore.

Retrouvez la suite de l'interview ici !

Raphaëlle
Pache

Caroline Raszka-Dewez


Caroline Raszka-Dewez


Après des études de langues slaves (russe et polonais) à l’université de Lille 3, Caroline Raszka-Dewez travaille quelques années dans l’import-export avec la Pologne et la Russie avant d’intégrer la filiale internationale du groupe Lagardère. Elle s’est « lancée » dans la traduction il y a une dizaine d’années : du russe, dans un premier temps, puis du polonais en traduisant notamment la saga Le Sorceleur, d’Andrzej Sapkowski. Originaire du Nord, elle vit à Paris, avec son mari et ses trois enfants.

Bibliographie sélective

Comment êtes-vous venu à la traduction ?
J’ai toujours rêvé d’être interprète ou traductrice, j’ai toujours aimé les langues vivantes. J’ai fait des études supérieures de russe. Après avoir travaillé plusieurs années au sein d’entreprises internationales collaborant avec la Pologne et la Russie, j’ai eu envie d’orienter ma carrière davantage sur les livres. J’ai donc suivi une formation de correctrice et de réécriture. C’est en cherchant du travail dans ce domaine que l’on m’a proposé de traduire un roman polonais (Fantasy). Je me suis lancée, et j’ai adoré.

Retrouvez la suite de l'interview ici !

#188metressousberlin #lemagicien

Caroline
Raszka-Dewez

Florence Rigollet


Florence Rigollet


Florence Rigollet est traductrice depuis quatre ans. Outre les enquêtes du commissaire Soneri, elle a traduit les mémoires d’Ugo Tognazzi ainsi que ceux d’Ennio Morricone.

Bibliographie sélective

#lapensiondelaviasaffi #lesmainsvides

Florence
Rigollet

Morgane Saysana


Morgane Saysana


Morgane Saysana est traductrice littéraire de l'anglais et l'allemand vers le français et interprète. Depuis 2006, elle a traduit plus d'une dizaine d'auteurs américains contemporains mais aussi des écrits britanniques, des albums jeunesses et un roman graphique indien. Elle a traduit plusieurs titres chez Agullo : ci-dessous les liens pour y accéder.

#ladestinéelamortetmoicommentjaiconjurélesort #herossecondaires #lebluesdelaharpie #prodigesetmiracles

 

Quel a été votre premier contact avec la ou les langues que vous traduisez ? 

Depuis toute petite, j’ai, comme tous les gens de ma génération, été serinée de variété anglo-saxonne des années 80, riche en synthés et mélodies édulcorées. Mais, si je me souviens bien, la première fois que j’ai vraiment prêté attention à la langue anglaise, c’est le jour où un oncle m’a offert (sans doute pour mon sixième ou septième anniversaire) un magnifique et très instructif coffret « J’apprends l’anglais avec Mickey ». Très intriguée, je me suis ruée sur l’album haut en couleurs assorti d’une cassette tout aussi criarde, et j’ai fait des gammes à base de « Bonjour Mickey / Good morning Pierre, Content de te voir / So glad to see you ». Merci tonton, merci Mickey Mouse !

Retrouvez la suite de l'interview ici !

Morgane
Saysana

Erik Veaux


Erik Veaux


Erik
Veaux

Né en 1939, Erik Veaux a suivi des études de langues slaves à l’université de Bordeaux et à Varsovie. Il a effectué plusieurs séjours en Pologne, travaillant notamment à l’ambassade de France à l’époque communiste, puis après le retour à la démocratie. Il a traduit une vingtaine d’ouvrages dans les domaines du roman, du théâtre, de la philosophie et de la poésie. Il vit à Paris.

Bibliographie sélective

Quel a été votre premier contact avec la ou les langues que vous traduisez ?

Ma mère était Suédoise, des amis d’enfance étaient migrants de Pologne, et le prof de russe au lycée était le plus sympa de tous.

Retrouvez la suite de l'interview ici !

#pyromane #lafermeauxpoupées #lacolombienne

New Page


New Page